Dossiers de surendettement : des crédits immobiliers de plus en plus présents

D’après une récente étude, il y a urgence concernant les dossiers de surendettements ! Les crédits immobiliers, d’abord rarement impliqués, sont désormais dans le viseur. Leur implication a doublé en à peine 4 ans ! Cela signifie que si ces derniers représentent des sommes conséquentes pour ceux qui les contractent, ils les faisaient à peine plonger dans le rouge. Ce chiffre concerne désormais 13% des dossiers de surendettements !

Une plus-value impossible

Une minime partie de la hausse s’explique par une baisse des autres types de crédit. Selon l’étude, les causes principales sont des investissements locatifs défiscalisés qui n’ont pas marché, et le dégonflement de la bulle immobilière dans certaines zones du pays. Beaucoup de familles ont acheté en pleine bulle immobilière dans des petites agglomérations et accusent aujourd’hui un véritable recul de l’immobilier. Désormais cherchant à revendre leur propriété, ils ne trouvent pas preneurs et doivent parfois encaisser des pertes allant de 25 à 50% de leur mise initiale.

La bulle de la défiscalisation

Autre élément ayant alimenté une bulle : les dispositifs encourageant l’achat de biens immobiliers à des fins locatives. Si les avantages fiscaux paraissaient être avantageux au départ, le système ne peut donner satisfaction que si un facteur est rempli : que l’appartement soit bel et bien loué. Mais, si le logement est vide, un cercle vicieux peut rapidement se mettre en place. Incapable de rembourser les échéances du logement non occupé, l’acheteur ne peut revendre son bien pour respirer un peu. Pourquoi ? Les dispositifs de défiscalisation imposent de conserver son bien pour une durée pouvant être très longue, sans possibilité de le céder sa peine de redressement fiscal !

Cette situation ne va pas en s’améliorant : c’est une véritable bulle des ventes en défiscalisation qui s’est dégonflée au début de la décennie. Le nombre de surendettement ne devrait donc faire que grimper.