Les taux de crédit immobilier continuent de baisser

En novembre, les taux d’emprunt se situaient à seulement 2,38% en moyenne. Tout aussi étonnant, cette baisse ne semble pas sur le point de ralentir : en quelques jours, les taux de crédit se sont repliés de 12 points de base (0,12%) et même de 70 points (0 ,7%) depuis début 2014.

Dorénavant, plus aucun prêt à un taux supérieur à 3,50%. Dans un environnement de taux très faibles, les banques peuvent se permettre d’accorder de telles conditions à leurs clients. En effet, comme leur propre refinancement est très bon marché, elles peuvent se permettre de baisser celui de leurs crédits, tout en gardant cette marge.

Cette technique permet de « solvabiliser » les candidats à l’achat d’un logement. Selon l’indicateur, « la baisse des taux intervenue depuis la fin 2011 équivaut maintenant à une diminution des prix de 14,5% ».

Pour les ménages les plus riches – ou qui vendent un bien pour en acheter un nouveau – cette baisse permet de limiter leur apport initial et de pouvoir emprunter davantage.

Pour finir, ces conditions de taux confirment une activité soutenue en matière de renégociation de crédits souscrits avant ce phénomène de baisse. On remarque que les acquéreurs plus jeunes ou plus modestes participent de plus en plus à ce mouvement. La diminution de leur pouvoir d’achat qui s’est installée depuis 2011 semble freiner. En témoigne l’allongement de la durée des prêts accordés, permettant un endettement sur une durée supérieure.

Par exemple, en 2010, les prêts de 25 à 30 ans constituaient 23% de la production de crédit à l’accession. Leur part a baissé jusqu’à 14% de la production courant 2014, avant de rebondir à 18,3% vers novembre.

Egalement, les emprunts à plus de 30 ans réapparaissent, passant de 0,4% au début 2014 à 0,8% aujourd’hui.

Mots-clés :