Une action de la BCE est demandée en conséquence à la baisse du crédit en zone eur

Demande de crédit

Un recul indéniable du crédit dans le secteur privé

En effet, les derniers chiffres publiés par la BCE montrent un recul de 0,9% du crédit au secteur privé en novembre par rapport à l’année dernière, après une contraction de 1,1% en octobre.

Cette tendance à la baisse suggère que l’assainissement des bilans des banques ordonné par la BCE, mais aussi les financements à 4 ans à taux quasi nul qu’elle a offert au secteur et ses achats de dette privée n’ont eu presque aucun impact sur l’offre de crédit.

Une baisse généralisée à l’Europe entière

Cette baisse touche l’Europe dans son ensemble, puisqu’en effet les prêts aux entreprises ont dégringolé de 11,4% en Irlande, de 8,5% en Espagne, de 6,5% au Portugal et de 3,2% en Grèce. Cela aurait un fort impact sur les élections en Grèce, où l’on prédit déjà la victoire du parti de gauche anti-austérité.

Un appel à l’aide vers la BCE

Ce mouvement de baisse appel en faveur d’un assouplissement accru de la politique monétaire, spécialement en faveur la chute des cours du pétrole, qui risque de se traduire par une baisse générale des prix.

Cela compromet une relance de l’économie, avec des perspectives de croissance déjà minimes. Actuellement, la seule option nouvelle dont dispose la banque centrale est celle d’achats massifs d’emprunts d’Etat, mais plusieurs membres du Conseil des gouverneurs y sont hostiles, mettant en avant le fait que les inconvénients d’une telle stratégie dépassent ses avantages. Cependant, la BCE se prépare à la prise de nouvelles mesures, y compris des achats d’actifs, si elles se révélaient nécessaires.