En matière d’immobilier, il est dur de pouvoir prévoir l’avenir. Cependant, on peut toujours anticiper les comportements à venir. De nos jours, on remarque que le pouvoir d’achat augmente dans le secteur, avec une baisse des taux historique et des prix qui perdent 1% sur 1 an d’après de récentes études.

Demande de crédit

En conséquence de cette hausse, ce sont 725 000 logements anciens qui ont trouvé preneurs, soit une progression de 5,4% en comparaison aux douze mois précédents.

Néanmoins se serait injuste de parler de reprise, puisque globalement le volume actuel de ventes reste inférieur à 10% aux moyennes des années précédentes.

Mais on peut s’attendre à voir une reprise du marché qui ferait repartir le mètre carré à la hausse si le cap des 750 000 transactions dans l’ancien est passé. On assisterait alors à une légère reprise et une timide baisse des prix.

D’un autre côté, les ventes dans le neuf ont diminué de 8,1% par rapport à 2013. En effet, on prévoit autour de 95 000 ventes en 2014 contrairement aux 140 0000 des années passées. En conséquence, on assiste à une baisse de 19% des mises en vente, mais l’offre parvient à se maintenir autour des 105 000 logements. L’année prochaine, la vente dans le neuf devrait redémarrer grâce au plan de relance gouvernemental, plus précisément grâce à l’avantage fiscal Pinel. On aurait donc la possibilité d’avoir un scénario positif, celui d’un redémarrage des ventes dans un contexte de stabilité des prix.

Enfin, les constructeurs devraient enregistrer environ 95 000 ventes cette année, une baisse non négligeable en comparaison aux années précédentes. Cependant, les ventes devraient redémarrer grâce aux aides au logement en cours.

En cette fin d’année, le taux d’intérêt est tombé au plus bas, c’est à dire à 2,38%. Cela ne devrait changer tant que la BCE conservera sa politique actuelle de taux bas.