Une éclaircie serait-elle possible pour le marché du crédit à la consommation ?

Crédit à la consommation : pourquoi autant de hauts et de bas ?

Dans le contexte économique actuel, avec un marché du travail instable, un taux de chômage croissant, le revenu des ménages peine à augmenter pour soutenir le niveau de consommation du pays. D’autant plus que les enjeux de redressement des comptes publics et autres politiques fiscales n’aident pas à améliorer la situation : impôts, taxes …

Malgré ces aléas, le crédit à la consommation garde deux précieux avantages : il est un levier à la croissance économique, mais en plus il a une véritable fonction sociale qui permet à beaucoup de ménages d’accéder à différents biens et services au quotidien.

Si avant 2008 le taux de croissance tournait autour des 6%, il est tombé à 1,2% quelques années plus tard. Pourquoi ? Hormis les éléments évidents comme les taux d’intérêts, l’inflation etc, des facteurs plus subtils comme la confiance sont aussi venus entrer en jeu, accompagnées de nouvelles réglementations.

Crédit renouvelable : quel impact ?

Les nouvelles réglementations ont contribué à un net recul de la production des crédits à la consommation ainsi qu’à une baisse des agios payés par les ménages.

Cela a aussi eu un effet négatif sur les banques concernées par ce type de prêt, avec des montants amputés allant jusqu’à 1,5 milliard d’euros de leur PNB.

Quel avenir pour le crédit à la consommation ?

Aujourd’hui, les nouvelles réglementations ne contribuent pas à aider les établissements de crédit à avoir une meilleure situation. La loi Hamon vient, par exemple renforcer significativement l’alternative au crédit renouvelable par un crédit amortissable. Ce genre de mesures indique une possible fin de l’âge d’or du crédit renouvelable.

Les établissements ont donc du réagir grâce à plusieurs mesures comme la transition numérique ou encore la relation client.

Cependant, on constate une petite embellie depuis l’été 2014, et cela va de pair avec un possible retour à la croissance et un moral plus positif chez les ménages en France. En effet, leur confiance a atteint son plus haut sommet depuis début 2010 et ce durant trois mois consécutifs.

Cette tendance reste à confirmer, et montre que le marché du crédit à la consommation est énormément placé sous l’influence de la situation économique même du pays.