Crédit : bousculé par le Big Data

Demande de crédit

Souhaitez-vous obtenir un crédit en l’espace d’un instant par le biais de votre téléphone ? Aux USA, c’est déjà possible, mais aussi en Chine ou au Mexique … En effet, ce sont une centaine de sites d’e-commerce américains qui proposent à leurs clients la possibilité de souscrire à une nouvelle start-up créée en Californie. Affirm, cette société innovante, a en effet développé une technologie permettant de récolter des informations qui vont pouvoir évaluer les capacités de remboursement du demandeur. Et souvent, ces pratiques se font à des taux très intéressants !

Un décodage des « signaux faibles »

Pour juger du risque que représente un emprunteur, ce type de start-up doit scanner plusieurs centaines de signaux faibles, c’est à dire le temps passer à taper une information type email, l’horaire de la demande … Grâce à ces algorithmes, la tâche des emprunteurs se retrouverait donc faciliter pour avoir accès au crédit. En effet, sans cela, certains n’en aurait pas l’accès comme les personnes non bancarisées ou qui ont déjà du faire face à un défaut de paiement. Et pour les prêteurs, cela permet de diminuer le taux d’impayés, car Internet contient parfois plus de vérités que les déclarations de candidats à l’emprunt !

Un arbitraire mathématique

Si le Big Data permet de belles avancées, il fait aussi peur de part son côté intrusif dans la vie privée des gens. De plus, les résultats sont parfois questionnables, puisque personne ne vient vérifier les informations données par l’algorithme, c’est pour cela qu’on peut parler d’arbitrage. Il semble alors bien difficile de se défendre ! Mais, tout compte fait, ce type d’erreurs existerait déjà avec des systèmes plus conventionnels.